Logo_College_Elhuyar

11 novembre 2018 : centenaire de l’Armistice.

Commémoration : le centenaire de l’Armistice

Voilà 100 ans que la Première Guerre Mondiale s’est terminée.

Ce 11 novembre 1918 en effet, l’Armistice fut signé, l’arrêt de la guerre, l’arrêt des combats.

Enfin pour les soldats, ne plus avoir peur de mourir au front, des balles ennemies, des rats, du froid, de la fatigue engendrée par la durée de cette guerre et le ronronnement incessant des obus.

De cette période il reste des traces indélébiles, des lettres et des témoignages, la mémoire des hommes, et aussi des chants que les soldats entamaient en allant au front ou dans les tranchées.

Un siècle s’est écoulé mais pourtant ce dimanche 11 novembre, un choeur d’élèves de deux classes du collège Elhuyar a décidé d’interpréter devant le monument aux morts un des chants emblématiques de la guerre , « La chanson de Craonne ».

Souvent censurée car antimilitariste et défaitiste, elle a été chantée durant les mutineries de 1917.

À leurs côtés, durant cette commémoration, le Maire et des conseillers municipaux, des associations d’anciens combattants, des gendarmes, des pompiers et aussi des militaires, sans oublier des habitants qui s’étaient réunis. Tous ensemble ont entamé la Marseillaise et assisté au dépôt de gerbes, au lever du drapeau, suivi du pot de l’amitié à la Mairie.

Armistice de la Première Guerre mondiale

Définition : Convention par laquelle les belligérants suspendent les hostilités .

Lieu : Rethondes, le 11 novembre 1918 dans un wagon, dans la forêt de Compiègne.

Participants :

Du côté des Alliés : ce sont des militaires qui sont présents : Le Maréchal Ferdinand Foch, commandant suprême des forces alliées, l’Amiral Wemyss, représentant britanique, le Contre-amiral Hope et le Général Maxime Weygand, chef d’Etat major de Foch.

Du côté allemand, c’est un civil, Matthias Erzberger, qui représente le Gouvernement Allemand, il est assisté du Comte Alfred von Oberndorff, représentant le ministère des Affaires étrangères Allemand et de deux militaires.

Clauses :

Évacuation des pays et des territoires occupés comme l’Alsace-Lorraine .

Livraison de 5 000 canons, 25000 mitrailleuses, 1 700 avions, 5 000 locomotives, 150 000 wagons et de la totalités des sous-marins.

Libération des prisonniers de guerre alliés.

Ces clauses imposées par Foch étaient trop dures au gré de Wilson. Plus tard on les trouvera trop douces. Quand l’Allemagne se relèvera: « Il fallait envahir l’Allemagne, aller à Berlin !». Foch estima qu’en conscience il ne pouvait prolonger la guerre dès que l’ennemi s’avouait vaincu.

Cet armistice a été signé par des civils allemands : cela permettra ensuite d’accréditer la légende de l’armée « trahie dans le dos par les politiciens » mais n’ayant pas de responsabilité dans la défaite.

Information aux civils : Le 11 novembre 1918, dans chaque village, les cloches des églises se mettent à sonner et les journaux diffusent l’information.

Qui était Ferdinand Foch ?

Il était né en 1851 à Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées, c’était un Général et un Maréchal de France.

Il a participé à la bataille de la Marne (1914) puis en Artois (1915) et en Flandre et il est devenu général en chef des armées Alliées en 1918 . C’est lui qui a dicté les conditions de l’Armistice aux Allemands.

Le Maréchal Foch (1851-1929)

Signature de l’armistice, le 11 novembre 1918.

Texte à télécharger : Armistice de la Première Guerre mondiale

HASPARREN PENDANT LA GUERRE

Au début de la guerre 701 Haspandars (de 18 à 45 ans) ont reçu un ordre de mobilisation, pour rejoindre le front dans le Nord de la France (la France mobilisera 3,6 millions d’hommes). Ils prenaient le train de Bayonne pour un voyage de plusieurs heures (Hasparren était situé très loin des champs de batailles).

Pour beaucoup c’était la première fois qu’ils quittaient leur village. Certains Haspandars exilés firent des dons d’argents pour les familles des soldats (Gratien Daguerre, riche Haspandar émigré à Cuba fit le don de mille francs à sa commune).

Pendant la guerre Hasparren a accueilli des blessés à l’hôpital militaire du village installé dans les bureaux de l’actuel lycée Saint Joseph où 80 lits ont été mis à disposition. Hasparren a aussi accueilli des réfugiés Belges pour remplacer les hommes mobilisés au front, dans les fermes pour aider les femmes.

Les familles n’avaient pas beaucoup de nouvelles des soldats car les nouvelles qui parvenaient du front n’étaient pas nombreuses.

Grâce au télégramme, le maire, le Dr Pierre Broussain, était informé des décès et c’est lui qui annonçait aux familles les décès et les disparitions des soldats (rien que pour l’année 1918 40 soldats étaient morts).

Mais le bilan pour l’ensemble de la guerre est de 199 morts soit environ 29% des mobilisés.

Une fois la guerre finie d’autres soldats sont morts à la suite de blessure ou de maladie.

On peut donc en conclure que la guerre a été très coûteuse en hommes et en moyens et que le bilan de cette guerre est catastrophique.

Stella, Ilonha, Ilona et Maeva ( 3ème4)

Texte à télécharger : « HASPARREN PENDANT LA GUERRE » par des élèves de 3e4

Le 19 octobre dernier, Monsieur Inchauspé, le Maire de Hasparren est venu nous parler de la cérémonie du 11 Novembre. Voici le compte rendu de notre entretien :

À Hasparren, la cérémonie de la commémoration existe depuis le 21 Mars 1921.

Elle a lieu tous les ans, elle est préparée en une journée avec une réunion concernant l’organisation et la sécurité.

La commémoration se déroule en plusieurs étapes. Il y a tout d’abord une messe à l’église pour ceux qui le souhaitent suivie d’un regroupement devant le monument aux morts, pendant lequel il y a la lecture d’une lettre du ministre des armées et la lecture d’un texte rédigé par les collégiens en hommage aux Poilus. La chanson de Craonne sera ensuite chantée par les élèves du collège .

Le Maire, accompagné par des enfants de l’école élémentaire, déposera une gerbe de fleurs devant le monument aux morts. Il y aura aussi la levée des drapeaux et la sonnerie aux morts. Ceux qui le voudront chanteront enfin la Marseillaise.

Les personnes présentes ce jour-là sont les Anciens Combattants, les policiers, les pompiers, les élus et des citoyens.

Le rôle du Maire ce jour-là est d’accueillir les élèves et les corps constituées au monument puis à la Mairie et au dépôt de Gerbe. Pour cette cérémonie le Maire n’a pas préparé de texte spécial, simplement un texte de remerciement qu’il dira au pot de l’amitié.

Pour Mr Inchauspé, cette cérémonie permet de témoigner le respect envers les morts (199 morts Haspandars sur les 700 partis sur le front), elle est aussi l’occasion de rassembler les gens autour des valeurs de la République.

Conte Léo-Paul, Chapdeleine Enguérand, Duteil Maxime 3e4

Texte à télécharger : Compre rendu de l’entretien avec Mr Inchauspé par des élèves de 3e4

Cette année est le centenaire de l’Armistice de la Première Guerre mondiale.

Pour cette commémoration, deux classes d’élèves de 3ème viendront au monument aux morts d’Hasparren pour rendre hommage à tous les poilus tombés durant la Grande Guerre.

Lors de cette commémoration, des moments importants auront lieu : l’appel aux morts, la Chanson de Craonne chantée par les élèves du collège, un dépôt de gerbes devant le monument aux morts, La Marseillaise chantée par tous ceux qui seront présents, la lecture du discours du ministre aux anciens combattants, la levée des couleurs ainsi que des témoignages émouvants de poilus.

Il est très important pour nous tous de commémorer pour ne pas oublier ce qu’ont vécu les soldats et tous ces morts, tout particulièrement en cette année du centenaire donc venez nombreux !